samedi 20 octobre 2018

Parce que...Pour que...

Parce que...Pour que…

Ephésiens 2.10
“Nous sommes son ouvrage [...] pour que…”


    “Parce que” sauvés gratuitement par grâce par le moyen de la foi en Jésus, les vrais chrétiens ne doivent jamais oublier le “pour que”. Non que ce “pour que” conditionne notre acceptation par Dieu. Mais parce qu’il y a eu “transaction” avec notre Créateur puisqu’il nous a recréés. Il nous a fait naître dans sa famille, et ainsi est devenu notre Père céleste légitime.

    Certains chrétiens ne se souviennent pas du moment de leur décision de suivre Jésus, mais le Dieu qui les a connus d’avance ( Romains 8.29) a un jour étendu sa main puissante sur eux et son Saint-Esprit les a fait naître d’en-haut. Même si certains ne se rappellent pas ce moment si important, un accord a été établi!

    Personne ne se souvient de sa naissance physique, ne pas se souvenir du jour où Dieu est entré dans notre vie n’est pas plus grave. L’essentiel est de se rappeler que Dieu nous a adoptés dans sa famille pour nous accomplissions les oeuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions.

    Pour cela, découvrons le ou les dons que notre Père nous réserve en vue remplir ces tâches auxquelles il nous appelle.

    Dans la parabole de Jésus sur les talents, en Matthieu, nous apprenons qu’il faut “faire valoir” le don reçu. Ainsi nous évitons de ressembler au (faux) serviteur de l’histoire qui n’a pas accomplis sont travail et termina bien mal…

Pierre Wheeler.
Paru dans Méditations Quotidiennes le 20 octobre 2018
Lecture proposée : Matthieu 25.14-30

mardi 26 décembre 2017

Fêter Noël

26 décembre 2017 (Calendrier Vivre Aujourd'hui - Ed CAEF)
Un enfant nous est né, un fils nous est donné. - Ésaïe 9.6


   Noël, Pâques et la Pentecôte sont notés dans tous nos agendas et se rapportent à trois jours historiques concernant le Christ : sa venue sur terre, sa résurrection et la venue du Saint-Esprit pour poursuivre son ministère suite à sa montée au ciel. Ces trois événements ont bouleversé le monde.

Ils y laissent leur empreinte même si leur signification s’estompe.

La naissance de Jésus-Christ, fêtée à Noël, est reconnue indirectement chaque fois qu’on mentionne la date (2017 en cette année). Pour Noël, fêté aujourd’hui partout sur notre planète, quelles familles, quelles personnes vont penser avec sérieux à la venue de Jésus dans notre monde ? Celles qui installent une crèche chez elles ou qui assistent à un office de minuit ?

Les décorations enluminées et appréciées dans toutes nos communes n’éclairent en rien la nuit si noire où la vierge Marie a mis au monde son premier-né à Bethléhem.

Pourtant, celui qui était couché dans la mangeoire d’une étable est venu comme la lumière pour éclairer nos ténèbres. Cette lumière avait une double fonction : mettre en lumière l’état de péché de chacun de nous, et nous révéler qu’il était la véritable lumière pour éclairer le chemin à suivre.

Comprenons-le bien, car si nous ne suivons pas Jésus pour recevoir le pardon de nos fautes, nous sommes encore dans les ténèbres.

Alors, aujourd’hui, laissons-le éclairer nos ténèbres pour avoir la vie !

Pierre Wheeler
Lecture proposée : Livre du prophète Ésaïe, chapitre 9, versets 1 à 7.

jeudi 21 décembre 2017

Les bienfaits de l'exercice

Les bienfaits de l’exercice : paru dans le calendrier Méditations Quotidiennes (Ed CAEF) du 20/12/17

1 Timothée 4.8
    “ Exerce-toi à la piété, car l’exercice est utile à peu de chose…”

Lecture proposée : 1 Timothée 4.6-12

 
   Certains qui lisent le verset du jour risquent de ne pas être d’accord avec la pensée exprimée. Aujourd’hui, il existe tant de possibilités pour faire de la gym et d’autres activités sportives !


   C’est le contexte qui permet de comprendre cette parole de Paul. C’est comparée à la piété (exercice spirituel), que la gym n’est rien. Les Grecs de l’époque étaient épris d’athlétisme et autres sports. Timothée, dont la santé n’était pas excellente, aurait pu être subjugué par le désir de se fortifier physiquement. Le fait d’être alité d’une façon prolongée peut faire 20 % de la force physique !


   Nous pouvons être emportés par le désir de pratiquer un sport. Malheureusement le jour par excellence pour y participer est le dimanche, jour de culte et de communion fraternelle. La sagesse propose que, étant chrétiens, nous choisissions un exercice physique qui a lieu un autre jour même si ce choix est plus difficile.


   Pour ce qui concerne la piété - le désir de plaire au Seigneur -, il faudra aussi s’exercer. Comme pour la gym, une discipline s’impose concernant la lecture et la réflexion sur la Parole. La prière personnelle est aussi un élément qui donne au chrétien “du muscle”. Parler du Seigneur à d’autres est très fortifiant, car cela donne du tonus pour Jésus.

                                    Exerçons-nous donc à la piété.

vendredi 8 décembre 2017

Tout vu, tout entendu

Matthieu 12.36 Jésus dit "au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée."

   Notre société est bien au courant des nombreux instruments très perfectionnés qui font qu'il n'y a, en quelque sorte, plus de secret. Tout peut être vu, tout peut être entendu. La vision par rayons X, les appareils qui entendent et enregistrent peuvent faire peur aux malfaiteurs. Et tant mieux!

   En 1969, quand Amstrong quitta l'habitacle et marcha sur la lune, les techniciens pouvaient entendre les battements de son cœur! Ainsi peut-on contrôler le passage des frontières et découvrir des terroristes armés. Les paroles chuchotées au téléphone peuvent être réentendues, etc.

   La Bible nous informe qu'au jour du jugement dernier, tout le mal qu'on a commis et dit pourra être mis en lumière, Jésus a parlé des paroles vaines. Tout : blasphèmes, saletés, paroles et actes dont on a honte, nous aurons tous à y être confrontés.

   En même temps, les petits gestes charitables, comme un verre d'eau offert à un assoiffé, seront rappelés et récompensés. Le Seigneur l'a dit (Matthieu 10.42). Voilà ce qui nous réconforte.
Cependant, le salut éternel ne dépendra pas de ce que nous aurons fait ou dit, mais de ce que nous aurons cru. Celui qui croit en Jésus et en celui qui l'a envoyé, ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

                           Lecteur, c'est là, la Bonne Nouvelle de Christ!

Lecture proposée : Jean 5.21-27
(version Segond) "21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. 22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, 23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils n'honore pas le Père qui l'a envoyé. 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. 25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l'auront entendue vivront. 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même. 27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu'il est Fils de l'homme. "

Paru dans le Calendrier Méditations Quotidiennes (Editions CAEF) le vendredi 8 décembre 2017.



lundi 4 décembre 2017

Expo-Luther

L’exposition LUTHER du Pasteur Pierre Wheeler aura lieu 

du 10 au 17 décembre


Le 10 décembre à 15h30 une présentation de l’exposition par l'auteur,

       du  lundi 11 au vendredi 15 décembre de 17h30 à 19h30

       et les samedi 16 et dimanche 17 décembre de 15h à 17h.

mercredi 4 octobre 2017

Lumière dans les ténèbres

Dans cette humanité vous brillez comme des flambeaux portant la Parole de vie.  Philippiens 2  15.16

Lumière dans les ténèbres
     Dans des bidonvilles aujourd'hui il y a des milliers de familles qui sont éclairées dans leurs taudis sans fenêtres et sans électricité grâce à des bouteilles d'eau.  Cette forme d'éclairage fut inventée en 2002 par un Brésilien, Alfredo Moser.  Il s'agit de percer le toit de sa demeure et d'y suspendre une bouteille d'eau.  Grâce au soleil, la lumière diffusée à travers l'eau aurait la puissance d'une ampoule de 55 watts.
     Cette forme d'éclairage est une illustration du devoir chrétien.  Nous, "bouteilles d'eau", valons peu en contraste avec les grands et puissants de ce monde, qui en dépit de grands progrès  techniques, s'enfoncent dans des ténèbres immorales voire amorales. Toutefois, ayant reçu la Lumière de la vie, (Jésus) , nous pouvons la diffuser.  On chantait autrefois, "Toi dans ton coin sombre, moi dans le mien".
      L'essentiel pour chacun est de rester dans la lumière, en contact avec notre Seigneur et le Saint-Esprit.
      Saisissons les occasions qui sont à notre portée pour "peaufiner" notre communion avec notre Maître, et obéissons au Saint- Esprit chaque fois qu'Il nous montre une situation ou nous pouvons diffuser par une parole un peu de la lumière qu'est Jésus Christ.

Lecture proposée: Lettre aux Philippiens, chapitre 1, versets 12-14
 Paru dans le Calendrier Méditations Quotidiennes le mercredi 4 octobre 2017.

mardi 8 août 2017

Pour diriger le voilier (Vivre Aujourd'hui du 8/8/17)

Dieu les conduisit au port désiré.
Psaume 107.30
Je lisais récemment les histoires de six jeunes garçons et filles, tous sincères, tous bien sympas. Ce qu’ils ont écrit m’a rappelé un peu mon adolescence.
L’un d’eux parle de son besoin d’être aimé. Une autre, fière d’être jeune, réfléchit sur « les vieux qui ont perdu leurs rêves », tandis qu’une autre constate que la gentillesse dans la vie « compte le plus ». Un autre encore a besoin d’être gardé « de ressembler à son père », mort d’une overdose. « Par l’influence de la télé et des copains, écrit un cinquième, on risque de vivre “comme des robots” ». Le sixième, aveugle, affirme : « On choisit qui on est ».
Ils sont chacun pour sa part – et nous sommes tous – comme un marin à bord de son voilier, naviguant vers l’horizon sur une succession de creux et de crêtes de vagues. Comment le diriger au mieux et maintenir le cap ?
Sachons qu’il y a quelqu’un qui peut nous conduire à bon port. Pendant mon adolescence, rêvant à mon avenir, au nécessaire, au beau et à ce qui serait le « sommet » de ma vie vingt ans plus tard, j’ai demandé à quelqu’un d’être mon mentor, mon conseiller, oui, le maître de ma vie. Il se nomme Jésus-Christ. Et il m’a conduit. Je suis loin d’être le seul qui l’ait choisi. Il est le meilleur commandant de bord qui soit.
Demandez-lui donc aussi de prendre la barre de votre voilier.
Pierre Wheeler
__________________
Lecture proposée : Psaume 107, versets 23 à 32.